Posted in Se reconstruire

Nouveau départ

Il y a 1 an je prenais ce qui restera probablement l’une des décisions les plus importantes de ma vie : quitter le père de mon fils. C’est le genre de truc auquel on réfléchit pendant des mois sans forcément en parler à l’entourage. Bien souvent nous les femmes restons tant qu’il nous reste ne serait-ce que 0,01% d’espoir. On se dit qu’on parviendra forcément à surmonter cela. Et puis un jour on n’y croit plus, alors on part. C’est un nouveau départ. 

Comme vous toutes, suite à notre rupture, j’ai traversé à peu près toutes les phases. De l’euphorie à la dépression, en passant par la culpabilité : c’était le feu d’artifice des émotions. Ceci explique d’ailleurs très probablement mon retrait de la blogosphère et de Facebook.
Très vite il a fallu trouver un nouvel appart : pas trop cher, pas trop loin de l’école, pas trop loin du papa. Celui-ci semblait parfait. Pourtant, la première fois que je m’y suis retrouvée seule, j’ai fait une crise d’angoisse terrible. Il avait beau offrir des prestations sympas, je ne lui trouvais que des défauts. Même en plein hiver nous étions tout le temps dehors mon fils et moi car j’étouffais à l’intérieur. On ne rentrait quasiment que pour manger et dormir. La nuit je suffoquais tellement que je dormais les volets ouverts pour avoir une vue sur l’extérieur, qui me donnait une impression de plus d’espace.

Dès lors je me suis mise en tête que la solution était de partir loin car plus que l’appart, c’était la ville que je ne supportais plus. Comment passer à autre chose dans un lieu si chargé de souvenirs ? Montpellier, Toulouse, la Creuse : j’ai tout envisagé. La Creuse sans déconner… sans vouloir insulter les gens qui vivent là-bas, c’est quand même le bout du monde. Bien évidemment tout cela c’était de la fuite. Ce que je n’avais pas réalisé c’est qu’ici ou ailleurs les problèmes seraient les mêmes. Il s’agissait donc de les affronter.

Ce fut le début du fameux lâcher-prise dont on nous rabâche les oreilles. Les randonnées en solo ont été très utiles pour atteindre ce stade. Noyée sous les difficultés j’ai commencé par lister tout ce qui m’empêchait d’avancer. En les classant par priorité et en leur cherchant une solution, une par une. Petit à petit c’est devenu un réflexe qui m’a permis de ne plus angoisser au moindre obstacle.

Ce que j’adore avec la vie c’est que l’air de rien elle nous donne toujours des leçons. Et c’est marrant car bien souvent c’est quand on a compris une leçon que les événements tournent soudain à notre avantage. On galère pendant une longue période qui nous semble interminable et puis d’un coup, sans savoir pourquoi, tout s’enchaîne avec une facilité déconcertante. Il suffit parfois d’un déclic pour qu’en quelques jours on mûrisse plus qu’en quelques mois. Je vous jure qu’en toute modestie, après une longue traversée du désert, j’ai fait des progrès énormes cet été.

J’ai finalement réussi à me sentir chez moi. J’apprécie même d’y glandouiller quand je suis seule et la raison à cela est toute bête : j’ai fait la paix avec moi-même. Quitter l’autre, surtout quand il y a un enfant en jeu, c’est culpabiliser pour les restant de ses jours. Mais une fois qu’on l’a accepté le boulet paraît moins lourd à traîner.

Bien sûr le travail de reconstruction n’est pas terminée, mais la renaissance a commencé. C’est un nouveau départ, et comme le disent les paroles de cette chanson que je trouve très positive :

JE VIBRE, J’VEUX VIVRE ICI, AILLEURS
JE SAUTE DANS LE VIDE SANS PEUR
J’AVANCE

C’est la vie c’est comme ça. Elle ne se déroule pas forcément comme on l’aurait souhaité mais quoi qu’il arrive on se relève toujours. Alors si vous aussi vous traversez cette période difficile, courage : c’est juste un mauvais moment à passer et il y a pas mal de réseaux de parents solo où trouver du soutien. Get up ! 🙂

Author:

Maman solo un peu geek, fan de rock et amoureuse des félins. Terriblement optimiste, il n'y a pas de problèmes, seulement des solutions. Question de point de vue. ;)

6 thoughts on “Nouveau départ

  1. Contente de te retrouver résolue et combative 🙂 J’ai connu les affres de la séparation mais j’ai trouvé rapidement les avantages de la situation. Si tous les problèmes sont pour toi, aucun n’est insurmontable ! Longue vie à ce nouveau blog prometteur 🙂 Bisous

  2. Toute la première partie me parle tellement: “être tout le temps dehors car tu supportes pas ton nouveau chez toi”, le malaise la première fois que tu te retrouves seule sans le petit dans ton nouveau chez toi”….ça met du temps mais on s’en remet. De toute façon, la seule chose qui n’ai pas de solution, c’est la mort…Bonne route à toi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *